7 Idées Reçues sur la Course à Pied

1.

La Course à Pied est mauvaise pour le dos.

FAUX, plusieurs études sont venues démontrées que les disques intervertébraux des coureurs réguliers étaient plus épais et mieux hydratés que ceux de personnes sédentaires (il est même à ajouter que les disques des coureurs étaient de plus en plus résistants avec l'augmentation du nombre de sorties par semaine).
En effet, le corps s'adapte en fonction des contraintes qu'on lui applique, et l’application de charges répétées en compression pendant la course pourrait bien être bénéfique pour les disques lombaires.

https://www.nature.com/articles/srep45975

2.

Mais pourquoi ça fait mal (au dos, aux genoux) quand je cours ?

PARCE QUE , la course reste une activité physique, et comme toute activité physique, elle requiert d'être pratiquée de manière progressive. Comme le dirait notre collègue Yves, vous n'imagineriez pas vous lancer sur une piste rouge à skis si vous débutez le ski.
Il en va de même pour la course à pieds, il s'agit d'un sport très accessible mais rien que 15 à 20 minutes de course peuvent être contraignante sur un corps non-entraîné.
Commencez par du fractionné "marche-course" de manière progressive et évoluez à votre rythme.
N'hésitez pas à demander conseils au sein du cabinet et/ou un programme de course pour commencer (ou reprendre) sans vous blesser.

https://lacliniqueducoureur.com/quantification-du-stress-mecanique/

3.

Courir, ça endommage les genoux.

FAUX, les ménisques des coureurs réguliers sont plus épais et plus résistants que ceux des personnes sédentaires ou coureurs récréatifs. Cela fonctionne à l'instar des disques intervertébraux, et à l'instar de quasiment toutes les structures du corps, elles se renforcent quand on leur applique une charge de travail progressive.

http://sci-hub.tw/10.1249/JES.0000000000000105

4.

Pour bien courir, je dois faire de grandes enjambées et allonger la foulée le plus possible.

INEXACT, bien que la foulée soit propre à chacun, de multiples études ont prouvés qu'une foulée optimale et préventive de blessures se situe entre 170 et 190 pas par minutes, ce qui correspond à une cadence de course (en général) plus rapide, minimisant les impacts au sol.
Faire le moins de bruit possible en courant est également une manière d'optimiser son amorti naturel au sol.

http://sci-hub.tw/10.1007/s40279-016-0474-4

5.

Et du coup, les étirements ? Je les fais quand ?

BIEN APRÈS, en effet,  l'idée reçue qu'il faut s'étirer pour "s'échauffer" (avant l'effort), pour éviter les courbatures le lendemain ou afin de mieux "récupérer" (pendant et immédiatement après) est toujours bien installée dans l'imaginaire collectif.
Or, ceci est complètement faux, et même délétère si on se fit au dernières méta-analyses (les grosses études reprenant toutes les études sur le sujet).
Les étirements passifs (rester en position) juste avant, pendant ou immédiatement après un effort ont plutôt tendance à favoriser l'apparition des blessures !
Étirez-vous plutôt 3 à 4 heures après votre effort, et uniquement dans le but de retrouver votre tension musculaire de base.

http://sci-hub.tw/10.1080/15438620802310784

6.

Il faut absolument corriger mon pied si on me dit qu'il est supinateur, pronateur , creux ou plat pour courir.

NON, chacun possède sa propre morphologie et sa propre manière de poser le pied au sol, celle-ci est naturelle et doit le rester. Vouloir absolument prendre des chaussures "spéciales supinateurs/pronateurs/pieds plats/pieds creux/etc..." n'est pas pertinent et ne relève que du marketing et non de la science.


Néanmoins, si vous êtes blessé(e), consultez un professionnel de santé qui sera le plus à même de pouvoir vous faire un bilan pour déterminer si une correction est pertinente. 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25155917

7.

Du coup, je prends quoi comme chaussures ?

RESTER SIMPLE, le choix des chaussures doit être déterminé par des critères simples : le confort, la légèreté, la souplesse. Une chaussure séchant rapidement permet d'éviter le développement bactérien.
Ne cédez pas aux sirènes du marketing qui veulent vous faire croire qu'une "bulle d'air" va absorber les contraintes, qu'un "ressort" va vous propulser plus vite, plus haut, plus fort.
La bonne chaussure de course est simple, c'est celle qui vous est confortable et laisse votre pied libre de s'adapter aux contraintes de course et du terrain.

  • Grey Facebook Icon

© 2016 by qpidon